Face à la crise et la forte inflation, de nombreux chèques du gouvernement sont mis en place pour venir en aide aux foyers français les plus précaires . À titre d’exemple, il y a le chèque alimentaire, énergie et carburant. Mais pourquoi le gouvernement mise-t-il sur ce procédé ? Explication

Les nombreux chèques du gouvernement pour aider les familles les plus modestes


Face à la forte hausse des prix observée depuis quelques années, le gouvernement n’a pas fait de sourdes oreilles face à la crise. Pour venir en aide aux Français qui n’arrivent plus à joindre les deux bouts, plusieurs dispositifs d’aides ont vu le jour.

Dans ce sens, il y a entre autres, le chèque carburant, le chèque énergie et le chèque alimentaire. D’ailleurs, pour ce dernier, les aides arriveront les prochains mois selon l’annonce de Bruno Le Maire, le ministre de l’Économie.

En effet, ils ont pour but d’aider les familles les plus modestes pour leurs courses en cette période de forte inflation.

Mais pourquoi le gouvernement raffole-t-il des chèques ?


Pour venir en aides aux plus démunis, le gouvernement mise sur les nombreuses primes sous forme de chèque. Selon les explications d’une chercheuse en économie expérimentale et professeure à la Burgundy School of Business, l’État préfère utiliser les chèques pour un but bien précis.

Apparemment, c’est le meilleur moyen de faire passer le signal que le gouvernement agit et est dans l’action. De son côté, un sociologue spécialisé dans la pauvreté et directeur de l’Observatoire des inégalités, Louis Maurin a expliqué que ce serait pour viser une partie de la population.

Par ailleurs, à ce jour, les modalités du chèque alimentaire restent encore méconnues. Par contre, celui du carburant nécessite de faire une demande en remplissant un formulaire en ligne pour en bénéficier. Cela permet de conclure que l’existence de cette démarche réduit à moitié le nombre des personnes éligibles.

En effet, faire cette demande entraine moins de dépenses pour l’État parce que le nombre de demandes est réduit.

Les associations demandent des solutions à long terme


Certes, les chèques d’aides permettent de couvrir les dépenses de chaque foyer bénéficiaire, mais pas en totalité. De ce fait, face à cette situation, plusieurs associations suggèrent la mise en place des actions à plus long terme. En réalité, ces aides sont souvent insuffisantes.

En d’autres termes, les associations réclament des réponses structurelles au lieu des aides conjoncturelles. Concrètement, la solution serait de rehausser les minima sociaux au moins à la hauteur de l’inflation.