L’accident vasculaire cérébral est principalement causé par un mauvais équilibre du cholestérol dans le sang. De ce fait, certains scientifiques ont diffusé un médicament pour réduire le cholestérol.

Le médicament a été administré à 300 000 patients dont le mauvais cholestérol (LDL) a déjà diminué au bout de deux semaines. Seules deux injections par an sont nécessaires pour maintenir des résultats constants.

-Quel est le nouveau médicament pour réduire le cholestérol ?

 

Il s’agit d’un vaccin contre le mauvais cholestérol et ce remède est actuellement testé au Royaume-Uni sur une population déjà à risque.

Ce sont pour la plupart des personnes qui souffrent constamment de maladies cardiovasculaires pour lesquelles il n’existait jusqu’à présent aucun traitement définitif.

Les patients pris en charge par le système de santé britannique ont déjà pris la première dose d’Inclisiran et prendront la seconde début 2020.

En effet, le contrat conclu avec Novartis prévoit un traitement à grande échelle dans le futur, évidemment au cas où l’essai irait dans le bon sens.

De plus, il explique que ce principe révolutionnaire s’inscrit dans un discours beaucoup plus large que l’entreprise manufacturière entend développer.

Novartis a fourni des injections gratuites d’Inclisiran au service de santé en échange des données obtenues à partir de l’essai en cours, qui durera cinq ans.

À partir de 2021, les deux parties commenceront à négocier le prix de vente du médicament.

 

-Comment fonctionne Inclisiran, un vaccin anti-cholestérol ?

 

L’importance de la protéine PCSK9, responsable de la régulation du cholestérol, est connue depuis longtemps dans le milieu médical.

Mais jusqu’à présent on intervenait avec des statines ou des anticorps monoclonaux, qui visent à le désactiver.

La nouveauté d’Inclisiran est qu’il cible plutôt l’ARN, l’acide ribonucléique, l’empêchant de produire la protéine PCSK9.

Pour cette raison, l’efficacité du nouveau médicament est si élevée, car il va directement à la source du problème, réduisant de moitié le taux de cholestérol dès les deux premières semaines.

 

-La prévention

 

Nous vous rappelons qu’une bonne nutrition et une activité physique saine restent le meilleur moyen de prévention, en attendant que la nouvelle molécule entre sur le marché.

Privilégier les aliments d’origine végétale et limiter les graisses sont les principales lignes directrices.

Le plus important, il faut éviter d’introduire trop de sucre et trop de matières grasses, ainsi que des aliments qui subissent trop de transformations.