Comment est-il possible de cultiver l’ail facilement et efficacement chez soi ?

Deux techniques fructueuses sont abordées dans les prochains paragraphes afin de venir en aide aux nécessiteux.

Dans la vie de tous les jours, l’ail est très important pour tous les bienfaits qu’il peut apporter à l’organisme.

Cultiver l’ail dans un verre d’eau

Prendre un verre pour réaliser la technique convenablement.

L’idéal est d’avoir un ail entier ou quelques gousses germées à administrer à l’intérieur du verre.

Ajouter ensuite de l’eau claire pour immerger juste les racines.

Mettre le verre dans un coin bien aéré, c’est-à-dire, à mi- ombre ou carrément sous les rayons de soleil.

En l’espace de quelques jours seulement, les tiges et les racines vont germer.

Garder un œil sur la culture et y ajouter de temps en temps de l’eau claire pour éviter la déshydratation.

Pratiquer un taillage des tiges lorsqu’elles atteignent les 8 cm.

Cultiver l’ail dans la terre

Travailler soit dans un pot de fleur, soit directement sur le sol du jardin.

Pour le pot de fleur, il faut le trouer pour avoir un drainage impeccable.

Enfoncer une gousse d’ail dans le sol préalablement labouré à un niveau de 2,5 cm de profondeur environ.

Entre chaque gousse d’ail à planter, mettre des espaces de 12 cm environ.

Il faut que les racines s’épanouissent et puissent se développer convenablement.

Durant la période de l’hiver, placer des pailles pour protéger les semis.

Ne pas oublier l’ajout d’engrais naturel toutes les 3 semaines pour apporter les nutriments indispensables à la culture.

Éviter autant que possible de déshydrater les parties où il y a les racines.

Si jamais il y a déshydratation, la culture va être complètement foutue et il va falloir repartir à 0.

La période de la récolte peut commencer lorsque les 1/3 des feuilles commencent à devenir jaunes.

Généralement, cela doit se produire au début de l’été, mais elle peut varier selon le type de sol et la fréquence des engrais.